Les Plumes 52 de Mai : Le vol brisé

logo-plumes-aspho-4-c3a8me-tirc3a9-du-tumblr-vanishingintocloudsLes Plumes de mai s’inspirent de nos peurs et proposent de frémir et de trembler, de sursauter et de dominer notre vertige. Cette proposition est à l’initiative d’Asphodèle. Vous retrouverez sur son blog son article original : c’est ici.

Les mots à utiliser dans le texte sont les suivants:

Bleu, cauchemar, vertige, avion, tremblement, sursauter, vulnérable, coller, ventre, eau, téméraire, inspirer, méchante, bouleverser.

auxquels sont rajoutés trois titres de livre à insérer dans le récit, le nom de l’auteur est entre parenthèses, pour information…

L’adieu aux lisières (de Guy Goffette) (poésie)
L’étoile d’argent (Jeannette Walls) (roman) 
La femme en vert (d’Arnaldur Indridaso,) (policier).

Les textes des autres participants sont ici sur le site d’Asphodèle !

 

Le vol brisé

Le ciel bleu outremer, parsemé d’éclats scintillants où l’étoile d’argent serait l’œil de Nout, donne au désert des airs d’océan immobile. Nous avons abandonné l’avion qui, dans un dernier tremblement, a explosé à peine étions nous sortis de la carlingue. Nous nous sommes sentis si vulnérables quand ce vol de cigognes s’est engouffré dans les hélices. Nous venions de dire adieu aux lisières septentrionales du massif du Hoggar pour entamer la longue traversée jusqu’à la côte méditerranéenne. Le nez collé au pare-brise, le ventre noué par le décrochage du bimoteur, j’en avais presque le vertige, incapable de redresser l’appareil. Au dernier moment, à cent mètres du sol, je réussis à le cabrer et l’engin sursauta de dune en dune comme un galet projeté sur une eau de braise. L’étouffement du moteur, le grincement du métal tordu et écrasé, résonnaient étrangement dans le silence du désert.

Miss Horseval, la femme en vert qui m’accompagne vêtue comme un pilote américain, complètement bouleversée par ce qui venait de nous arriver, se mit à hurler :

— Toni, ça sent une méchante odeur d’essence ! Faut déguerpir !

Fallait bien que j’abandonne mon vieil engin. La chaleur encore torride des sables pouvait enflammer les vapeurs de carburant à tout instant. Je regardai le chargement. Elle suivit mon regard.

— Ne jouez pas au téméraire, nos vies valent plus cher que ce tas de lettres. Fuyons !

Depuis nous marchons. La nuit nous apporte un peu de fraicheur. Quelques heures de répit avant le début du vrai cauchemar : sans eau, sans radio, sans aucun repère, à des milles de toute oasis, peut-être aurions-nous été plus inspirés de rester auprès de la carcasse fumante dont le nuage noir était visible de loin. (285 mots)

(Toute similitude avec un film sur un patient ou un roman d’un Ex quelconque ne serait pas pure coïncidence)

Publicités

A propos domicano

L'écriture, la littérature, la photo, le dessin et l'expression artistique sous toutes ses formes me passionnent. J'aime le rêve et la réalité dans la beauté, la poésie et le potentiel d'émerveillement qu'ils peuvent offrir.
Cet article, publié dans Participations, Challenges et concours, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Les Plumes 52 de Mai : Le vol brisé

  1. Valentyne dit :

    Miss Horseval ? La femme en vert !!!
    Lol 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. celestine dit :

    Nous ? Faire un parallèle avec des histoires d’avions et de désert ? Tu n’y penses même pas !
    j’aime bien le clin d’oeil à Valentyne qu’elle n’a pas manqué de repérer ! ^^
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Aimé par 1 personne

  3. Ping : LES PLUMES 52 – LES TEXTES DE LA « PEUR  ! | «Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

  4. Asphodèle dit :

    Hi hi ! Alors les « phobiques » de l’avion vont flipper grave en lisant ton texte ! Outre Miss HorseVal (femme éternellement en vert) qu’on ne peut pas louper, j’ai aimé le clin d’oeil à Vol de Nuit et à l’aéropostale (à moins que je ne me trompe 😉 ) Un texte qui donne soif en tous cas, je vais me désaltérer, d’ailleurs, c’est bientôt l’heure de l’apéro ! 😆 Pour me remettre, je prendrais peut-être un verre de blanc bien frappé !!! 😀 Comme quoi ton texte était efficace… 😉

    Aimé par 1 personne

  5. lydia66 dit :

    Asphodèle a raison, je flippe en lisant ce texte !!! J’espère qu’ils vont s’en sortir !

    J'aime

  6. Caroline D dit :

    … un désert aux airs d’océan immobile…beau…
    et puis ce texte qui coule comme eau claire il me semble…

    J'aime

  7. Héhé, pour une fois qu’un ex peut être un saint :)) ! Je me demande si on va voir arriver un petit prince (petit), une rose et un renard dans le prochain épisode de cette histoire d’avion désertifiée..

    J'aime

  8. mariejo64 dit :

    mêmes pensées que Dodo pour le Petit Prince !
    Nous allons prendre l’avion fin juin, mon mari n’est jamais très content de ces voyages hors sol ! 😀
    Mais pour le rassurer, j’ai un moyen infaillible, je lui prends la main au moment du décollage et lui dis « gentiment » : c’est chouette, on va peut-être mourir ensemble, main dans la main !
    ça ne le fait rire qu’à moitié ! Bizarre !

    J'aime

  9. emilieberd dit :

    Ooh nooon! Pas ça ! 😀 😀 😀
    Tu réussis à merveille à angoisser tes lecteurs! Tu as des actions dans une compagnie de train? 😀 😀 😀
    Bravo pour ce texte bien flippant !
    Bises

    J'aime

  10. Ben si j’en crois un certain patient, ça va mal finir cette affaire-là ! Bien flippant effectivement, Dominique !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s