Le Dit des dix

Le premier livre que j’ai écrit. Et illustré dans la foulée.

2014 Livre Le dit des dix2Depuis des années je rêvais d’écrire un livre, un vrai. Pas une nouvelle ni un conte, je m’y étais déjà appliquée. Non, un vrai livre. Ce rêve me semblait fou, insensé, je l’ignorai longtemps. Je me consacrais alors à l’aquarelle et au dessin à l’encre de chine. Je venais de finir une série d’illustrations sur les voyelles et envisageais d’illustrer aussi les chiffres de zéro à neuf.

Il s’est passé quelque chose d’inattendu.

Au lieu de dessiner, j’ai écrit. Spontanément, sans réfléchir à la chose, j’ai poser l’intention qui s’imposait à moi, celle d’écrire sur les chiffres (pourquoi les chiffres et que peut-on bien dire sur les chiffres!!!??). J’avais abandonné toute volonté. Je me suis laissée porter par ce projet. Chaque semaine était  consacrée à un chiffre : j’écrivais des poèmes, je réalisais des dessins. Je me fondais dans l’idée du chiffre concerné, je palpais son énergie, je creusais mon imaginaire pour voir quelle trace ce chiffre y avait laissée, ce qu’il évoquait pour moi, sans vérifier la réalité de ce que je transcrivais. Je voulais synthétiser tout ce que je ressentais, tout ce que j’avais appris et oublié, tout ce que le chiffre pouvait me communiquer comme symbole, enseignement, perspective.

Ce livre est aussi le premier que j’ai autoédité en Août 2014, sept ans après l’avoir conçu.

En voici  le prologue :

C’est un thème d’écriture apparemment anodin.

Que dire des chiffres ? Qu’ont-ils à nous dire ?

J’y suis allée en confiance. Je n’ai pas cherché à comprendre ou à contrôler ce qui venait. J’ai considéré les chiffres comme des sphères d’énergie et j’ai traduit ce que je ressentais en me concentrant soit sur chacun d’eux, soit sur leur ensemble. Cela a fonctionné à la façon d’un puzzle : des impressions disparates, des réflexions spontanées, des émotions aussi, que j’ai transcrites en mots ou en dessin. J’ai laissé les chiffres me parler, m’inspirer.

Dans les trois parties, les dessins et les poèmes se font écho. Quelques notes griffonnées en haut de page, juste pour « chauffer» les mots et les idées, et puis le poème s’articulait autour d’idées forces, le rythme des mots faisant émerger la suite des vers.

Même approche pour les dessins : quelques annotations sur les points forts, des ébauches rapides et puis, directement la ‘mise au propre’ du projet de dessin qui se compose de lui-même.

Je respecte l’inspiration qui vient, sans la juger. Je reste concentrée sur l’envie d’utiliser tel ou tel mode d’expression et je vais jusqu’au bout.

Les poèmes ont condensé mon ressenti par rapport à chaque chiffre. Ce mode d’expression s’apparente presque à l’écriture automatique car il n’y a pas de préméditation, juste une ouverture à tous les acquis demeurés dans ma mémoire de manière parfois inconsciente, l’envie de me connecter aux inconscients collectifs et l’intention de respirer dans l’énergie du chiffre.

Cette forme de langage qu’est la poésie s’adresse aux sens, à l’ouïe, par le rythme et la musique des mots.

L’expression graphique aussi s’adresse aux sens, par la vue, le regard.

Le mental intervient peu dans la compréhension de ce qui veut être dit. Là, on touche à l’imaginaire, au monde des symboles, à l’inconscient, à une zone de soi qui est libre des pré-requis et des exigences de l’intellect.

Des chiffres si ordinaires, si quotidiens, mon intention était de faire entrevoir une autre dimension. J’aurais pu, tout aussi bien, prendre comme thème un autre élément ordinaire de la réalité : les fleurs, les pierres, les couleurs, les animaux. Tous ont des dimensions autres qui animent notre imaginaire ou notre mystique.

Seul le décalage avec le quotidien, avec le monde ordinaire, permet à l’imaginaire de se nourrir d’un autre regard, d’un autre possible. Briser les limites des peurs et des inhibitions ordinaires, adhérer à l’utopie, à l’invraisemblable, à l’infinité des possibles.

Accédez au monde des chiffres.

Laissez-vous imprégnés de l’énergie des chiffres et partez à la découverte de leurs multiples facettes. Mettez-vous à l’écoute des chiffres. Ils sont parfois de grands bavards qui adorent raconter des histoires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s