Les Plumes 50 de Mars : Célébrité

logo-plumes-aspho-4-c3a8me-tirc3a9-du-tumblr-vanishingintoclouds

À l’initiative d’Asphodèle, pour un moment d’écriture et d’échanges de textes, Les Plumes reviennent pour ce mois de Mars 2016, sous le feux des projecteurs. Le thème, cette fois-ci, est  : « Célébrité ».

Pour voir le site d’Asphodèle et l’article original : c’est ici !

Les 22 mots imposés sont : Vedette, fragiliser, fortune, film, projecteur, fumé, paparazzi, fanfreluche, réputation, prétention, chanteur, oublier, local, gros, météorite, étoile, talent, chaleur, lumineux, diva, barricader et moi.

Pour lire les textes des autres participants, c’est : ici les autres textes

Miroir, miroir…

À quoi ça sert de vivre si c’est pour basculer dans l’oubli et le néant une fois le parcours achevé ? L’anonymat ou l’insignifiance ne fait pas partie de mon programme d’incarnation. Une étoile a présidé à ma naissance et je ne compte pas finir comme une météorite chargée des vœux improvisés d’humains insatisfaits. Ma mère eût aimé me barricader derrière les murs de notre demeure à l’écart des projecteurs et des paparazzi. Petit enfant déjà, ma précocité, mon don de paroles et mes excentricités font grand bruit autour de nous. Même cloîtré, je continue à me faire le film de ma vie où, bien sûr, je tiens la vedette, non pas locale, ni nationale mais internationale. Chaque jour, le scénario change tant mes potentiels sont infinis : me voilà ainsi chanteur à lunettes cerclées d’or et verres fumés, une autre fois travesti inimitable avec fanfreluches et talons aiguille ; j’ai même eu l’audace, la prétention dirais-je, de jouer les génies mathématiques et aussi le compositeur prodige au talent divin.

Mon enfance débridée d’enfant surdoué et hyperactif a certes fragilisé ma pauvre mère, mais « ce qui ne tue pas renforce » dit le proverbe, et la bonne fortune a voulu qu’elle se trouve enfin un mari, sage et patient avec moi qui m’a pris sous sa coupe. De ma mère, longtemps seule et méprisée, il a fait une diva bienheureuse dont l’aura lumineuse inonde ceux qui l’approchent. Quant à moi, bouffi d’orgueil et d’ambition, il a su infléchir ma réputation de mythomane mégalomane. Il a pu canaliser mon énergie inépuisable et l’orienter vers un destin exemplaire : oubliés mes fantasmes de strass et de paillettes, mes visions de groupies accrochées à mes basques, des accros à mes bons mots ou à mes prophéties, des admirateurs inconditionnels de mes ritournelles endiablées, détournés mes élans de démiurge, d’idole planétaire ou de tyran sanguinaire.

Un jour, à fleur d’adolescence, cet homme bienveillant m’a emmené dans la forêt sacrée. Là, j’ai découvert l’amour. Le vrai, celui qu’en fait je cherchais depuis toujours, l’amour que même ma mère si dévouée, mes amis si fascinés, mes semblables si émerveillés de ma prestance n’avaient su me faire ressentir.

Le mari de ma mère me conduit au creux d’un vallon humide et irisé, au sol recouvert de mousses très douces et de fleurs aux parfums subtils. Une vasque à l’aplomb d’un rocher émeraude recueille l’eau d’une source chantante. Il me propose de boire cette eau si pure, « celle qui révèle la destinée », me dit-il. Je me penche. Et là, je vois l’être le plus sublime, le plus divin qui soit : l’amour me saisit corps et âme. Ne pouvant détacher mon regard de son visage parfait et aimant, je perçois dans un brouillard mon beau-père m’interpeller. Je sens la chaleur de sa main sur mon épaule : « Narcisse, l’obscurité gagne les sous-bois, la forêt appartient désormais aux dieux. Rentrons. »

Le cœur comblé, je sais avoir conquis l’éternité. Je viens d’atteindre ma parfaite humanité dans cet amour inconditionnel qui me ravit le cœur. Je suis une légende vivante. (516)

Publicités

A propos domicano

L'écriture, la littérature, la photo, le dessin et l'expression artistique sous toutes ses formes me passionnent. J'aime le rêve et la réalité dans la beauté, la poésie et le potentiel d'émerveillement qu'ils peuvent offrir.
Cet article, publié dans Participations, Challenges et concours, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour Les Plumes 50 de Mars : Célébrité

  1. Ping : Les plumes 50 – Les textes pour la célébrité ! | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

  2. Ca fait quand même un peu peur cette histoire parce ce que, tout de même, moi j’ai ressenti autre chose que la légende de Narcisse ! Le pauvre !

    Aimé par 1 personne

  3. Asphodèle dit :

    Un Narcisse moderne (hyper-actif et surdoué sont des termes de notre époque) que tu fais évoluer à merveille ! Je n’avais pas remarqué jusque là que tu écrivais tout au présent de l’indicatif ! 😉 (ou c’est juste ce texte ?)… Enfin, je préfère être dans ma peau que celle de ton héros ! 😀

    Aimé par 1 personne

  4. domicano dit :

    J’écris au présent parce que ça fait des années que je me débats avec la concordance des temps au passé et que je continue à me faire des noeuds. La reine du crochet si tu vois ce que je veux dire. Pour les Narcisse de tout poil, avec selfies, facebook, et autres réseaux sociaux et émissions de télé tonitruantes, nous sommes bien dans une dérive narcissique de l’individu telle que les médias se plaisent à le déployer. Heureusement, pour contrebalancer cette tendance, il existe des mouvements de pensées et d’engagements citoyens et conscients qui font du bien au moral et à la vision de l’avenir .

    Aimé par 1 personne

  5. emilieberd dit :

    Oh mais il est flippant ton texte, Dominaco (C’est un compliment si jamais!).
    Même si j’ôte les deux trois éléments qui résonnent particulièrement pour moi… Il y a à la fois (et tout le long) un côté « tout va bien » et une tension palpable dans le récit de ce Narcisse…
    Bravo

    Aimé par 1 personne

    • domicano dit :

      😀 😀 je rigole à imaginer ta tête Emilie; mais non ils ne sont pas si dangereux les Narcisse, et pour détourner ton attention, ils annoncent le printemps avec leur belle couleur jaune vif, il y en a partout en ce moment dans les champs, c’est surement eux qui m’ont inspirée.

      Aimé par 1 personne

  6. Un Narcisse qui fait froid dans le dos quand même. Pourvu que l’eau ne soit pas gelée en plus ! mdr 😉 Un très joli texte et une fin bien menée. Bravo !

    Aimé par 1 personne

  7. Ping : Les plumes célèbres, chez Asphodèle – Écri'turbulente, c'est en écrivant qu'on devient écrevisse.

  8. Caroline D dit :

    J’ai eu des frissons, Dominique, au début de l’avant-dernier paragraphe… quand on arrive au creux du vallon… T’as le tour, que j’me dis. Du conte vivant et humain.

    Aimé par 2 people

  9. soene dit :

    Une fiction historique, Domicano, et un vrai talent de narrateur 😉
    Une belle idée de transposer l’Histoire en temps présent !
    Si tu veux, je peux t’aider dans les concordances, mais avec le présent, c’est plus vivant et ça remet tout au goût du jour 😆
    Bon dimanche et gros bisous

    Aimé par 2 people

  10. Valentyne dit :

    Effectivement, j’ai tremblé pour Narcisse au moment du creux du vallon …
    ils font peur ses parents …
    Bonne soirée 😉

    Aimé par 1 personne

  11. La Licorne dit :

    L’ambiguité citée ci-dessus mise à part (j’ai ressenti la même chose que les autres lecteurs), le texte est très beau et le style magnifique…

    Aimé par 1 personne

    • domicano dit :

      Merci, l’ambiguité n’était vraiment pas voulue, on oublie que les adultes sont souvent pour les plus jeunes aussi des mentors, des guides mais l’actualité nous pollue, je le reconnais.

      J'aime

  12. martine dit :

    Ouf… j’avais hâte de lire la chute.
    Pour tout dire, je craignais le pire.
    Toutefois, n’est-ce pas le pire qui lui est arrivé de ne plus pouvoir aimer d’autre que soi ?

    Aimé par 1 personne

  13. Réjanie13 dit :

    Malgré tout, il est passé du côté obscur du miroir. Quoiq’uil fasse il est destiné à cette vie d’amour de son propre reflet.
    Très bien amené on reste en haleine jusqu’au bout

    Aimé par 1 personne

  14. Sylvie G dit :

    Un Narccisse inquietant et troublant de veracite. Merci Domicano 🙂

    Aimé par 1 personne

  15. celestine dit :

    Jolie version de la légende de Narcisse. Très bien écrite.
    Bisous
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Aimé par 1 personne

  16. mariejo64 dit :

    Un beau-père qui entraîne son jeune beau-fils dans la forêt et lui fait découvrir l’amour…j’ai craint le pire ! Ouf ! ce n’était-ce que Narcisse se mirant dans les flots ! Il me semble qu’il y a quelque chose qui dit : pour aimer les autres il faut apprendre à s’aimer soi-même ! Apparemment, ce jeune-homme est sur la bonne voie ! 😉

    Aimé par 1 personne

  17. Là tu m’as bien eue! pas un seul instant je n’avais pensé à Narcisse!

    Aimé par 1 personne

  18. lydia66 dit :

    Ouf, j’ai eu très peur sur le coup ! J’avoue que je n’avais pas vu arriver la chute.

    Aimé par 1 personne

  19. Joliment tourné, et bel embobinage de lecteur, chapeau !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s