Aujourd’hui, taper – 2/003/366

Taper sur le clavier avec deux doigts, avec trois en fait car le pouce assure les espaces, je ne m’en sors pas trop mal même si souvent ces deux doigts ne respectent pas les préséances et s’emmêlent les pinceaux. Cela ne mérite pas une mise à l’index ni une indexation particulière dans la catégorie des tapeurs maladroits. Je ne fait pas du tape à l’oeil, chaque travail mérite salaire, mais je pourrais me taper sur les doigts, sur ces index coupables en particulier, quand je dois reprendre toutes les inversions de lettres qui jalonnent mes textes.(96)

mach

Ma première machine à écrire ressemblait à celle-ci.
Publicités

A propos domicano

L'écriture, la littérature, la photo, le dessin et l'expression artistique sous toutes ses formes me passionnent. J'aime le rêve et la réalité dans la beauté, la poésie et le potentiel d'émerveillement qu'ils peuvent offrir.
Cet article, publié dans 366 réels à prise rapide, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

27 commentaires pour Aujourd’hui, taper – 2/003/366

  1. je me souviens de la tête de la secrétaire quand j’ai demandé ma propre machine à écrire, en 1983, une IBM à boule quand même ! Heureusement, le traitement de texte est arrivé vite ! Pour moi ce sera 6 doigts, pouces, index (c’est comment index au pluriel ?) et majeurs … et une quantité fabuleuse d’inversions que le correcteur interprète parfois de manière créative ! Merci bien, Dominique !

    J'aime

    • domicano dit :

      J’avais acheté cette machine d’occase pour trois francs six sous, pour finaliser ma thèse de fin d’études qui se perdait en mille feuilles manuscrites. j’avais l’impression de jouer au piano. Passage ensuite à la machine à boule aussi juste avant l’ordinateur dans les années 90. J’avoue ne pas le regretter pour le traitement de texte!!

      Aimé par 1 personne

  2. J’ai commencé également sur une machine à écrire. J’en ai gardé une propension à frapper fort sur les touches… En revanche, j’ai appris à taper de tous mes doigts dès le début, et sans trop d’inversions.

    J'aime

  3. irene tetaz dit :

    Je me rappelle de cours de dactylo que je tentais en vain d’exercer à la maison sur une telle machine, interrompue sans cesse par les pattes de mon jeune chat, qui ne pouvait s’empêcher de bondir sur ces touches gesticulantes et bruyantes..sourire..merci dominique!

    J'aime

  4. Sar@h dit :

    Cadeau !

    Le O et la dactylo

    Une dactylo
    Tape, tape, tape.

    Une dactylo
    Tape, tape, trop.

    Un des doigts dérape
    Sur le mot oiseaux.
    Il a tapé c
    N’a pas tapé o.

    Ciseaux, aussitôt,
    S’envolent, s’affolent
    Dans les mèches folles
    De la dactylo

    Qui, sans hésiter,
    En gommant le c,
    A la tête sauve.
    Si la dactylo

    N’eût pu taper o,
    Elle eût été chauve.

    Pierre CORAN

    Aimé par 2 people

  5. 'vy dit :

    Je tape avec tous mes doigts sans regarder le clavier (formation oblige) et parfois en oubliant de regarder l’écran, l’esprit plus loin que les mots qui s’écrivent, alors mes doigts en profitent pour échapper à mes pensées. Mon gros soucis c’est le – (trait d’union) qu’apple a déplacé, on se demande bien pourquoi, j’ai pourtant plus l’impression qu’on se sert davantage du – que du §. Mais je vais m’habituer, n’est§ce pas ?

    Aimé par 2 people

    • domicano dit :

      Je ne sais même pas où se trouve la touche ‘paragraphe’ !!! Quant aux raccourcis clavier, ce sera pour une prochaine incarnation, mais là je suis sure qu’il me suffira de parler pour que les mots s’écrivent tout seuls. (ça existe déjà non???)

      J'aime

  6. emilieberd dit :

    Tu tapes tout à la machine?😳Enfin pas ce que tu publies sur le blog, mais t’es autres projets…Rooo! Chapeau bas! Je viens de voir aussi que tu as fait un 366, déjà! Bravo encore!
    Bises

    J'aime

    • domicano dit :

      J’utilise l’ordinateur depuis longtemps, la machine a disparu dans les déménagements, j’ai gardé un brin de nostalgie, elle me faisait penser à ces films noirs américains avec des écrivains ou des flics qui tapaient leur rapport sur ce genre d’engin.

      J'aime

      • emilieberd dit :

        Oui! Les détectives privés!!!
        Ouf! J’ai eu peur!
        En plus, comme j’ai regardé vite fait les concours d’écriture et que certains demandent un texte dactylographiés…Je me suis interrogée…
        Bises

        J'aime

  7. emilieberd dit :

    Tes autres projets

    J'aime

  8. MyoPaname dit :

    Je ne regarde pas mon clavier… en général 😉 c’est le temps qui a fait son oeuvre tout seul ! En revanche a chaque fois que j’écris un récit, l’ébauche presque définitive se fait sur mon cahier, j’aligne les mots que je sois chez moi, à la terrasse d’un café ou ds le metro….
    Mais certe mes doigts sur le clavier sont parfois farceurs…et celui qui appuit sur « enter » est tellement rapide que la farce est immortalisée…:)

    Aimé par 2 people

    • domicano dit :

      Je continue aussi d’écrire au stylo encre, je peux ainsi le faire n’importe où et ça garde plus de spontanéité et de ressenti souvent que directement au clavier. Après l’ordi fait preuve d’une certaine autonomie qu’on ne contrôle pas toujours .

      Aimé par 1 personne

  9. Anne-Ma dit :

    J’ai appris à taper sur une machine à écrire comme sur la photo mais ça a été très laborieux. Je me sens plus à l’aise avec un clavier d’ordinateur et, du coup, je tape sans regarder le clavier et avec tous mes doigts :-). Mais des fois, mes doigts veulent aller trop vite et c’est la faute assurée.

    J'aime

    • domicano dit :

      Bravo Anne-Ma, quand je lis ces mots, ça me fait rêver, je suis encore à surveiller les touches du clavier et ce qu’il se passe sur l’écran. je ne dis pas le nombre d’heures que je passe pour écrire trois fois rien!!!

      Aimé par 1 personne

  10. Valentyne dit :

    Je tape avec 6 doigts (3 de chaque main)
    Cela vient-il d’un atavisme ? Étais je tapir, d’aman ou rhinocéros dans une vie antérieure 🙂 ?

    Bonne journée Dominique

    PS : extrait de wiki expliquant mon commentaire un brin obscur 🙂
    En 1848, le paléontologue britanniqueRichard Owen propose de séparer les ongulés en fonction du nombre de leurs doigts. Il crée à cette fin l’ordre des Artiodactyla et celui des Perissodactyla[3]. Le premier réunit les ongulés au nombre pair de doigts : ruminants et camélidés (deux), porcinset hippopotames (quatre). Le second comprend ceux qui en ont un nombre impair : chevaux (un), tapirs, damans et rhinocéros (trois). Les éléphants, avec leur cinq doigts, forment un troisième groupe à part en raison de leur nombreuses particularités : les proboscidiens (Proboscidea).

    J'aime

  11. Rx Bodo dit :

    Vu le nombre de commentaires que vous avez soulevés, on peut dire que votre article est plutôt tapageur (commentaire mono-digital).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s