« Maman a tort » de Michel BUSSI

1540-1Roman sorti en Mai 2015 aux Presses de la Cité. Un livre lu quasiment en continu, vacances de Noël obligent qui permettent de prendre le temps de rester dans l’univers d’un auteur. Aucune envie de le lâcher, une intrigue qui est double.

Dès le premier chapitre, les jours sont comptés : l’action se déroule sur quatre jours mais peu à peu, on découvre que toute l’histoire démarre en fait 10 mois plus tôt. Un braquage, un butin, des morts, un multirécidiviste  assassin traqué par la police.

La commandante Marianne Augresse s’occupe de cette affaire. Elle est contactée en parallèle par un psychologue scolaire qui lui parle d’un enfant de 3 ans, Malone, dont les dessins et les récits sont trop répétitifs pour ne pas témoigner d’une situation anormale. La mémoire d’un enfant est volatile, il y a urgence, il faut aider l’enfant.

Michel Bussi choisit comme toile de fond à ce roman une petite ville de la périphérie du Havre, et plus largement les environs de cette Normandie maritime. Il s’intéresse ici à la psychologie des très jeunes enfants, au rapport qu’ils entretiennent avec la parole des adultes, à la mémoire et à cette part obscure, ‘fantôme’, où sont enfouis les traumatismes insupportables.

Son écriture est efficace, sans fioritures, une écriture de polar intelligent, bien construit, qui nous entraine de rebondissement en découvertes savamment distillées. Je me suis laissée prendre par cette histoire et Bussi reconstitue progressivement tout le puzzle nous surprenant jusqu’à la fin.

Publicités

A propos domicano

L'écriture, la littérature, la photo, le dessin et l'expression artistique sous toutes ses formes me passionnent. J'aime le rêve et la réalité dans la beauté, la poésie et le potentiel d'émerveillement qu'ils peuvent offrir.
Cet article, publié dans Lectures et infos, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour « Maman a tort » de Michel BUSSI

  1. Sylvie G dit :

    Je ne lis habituellement pas beaucoup de polars mais celui-ci semble un peu different. Merci de partager Domicano 🙂

    J'aime

  2. Valentyne dit :

    Il a l’air bien celui là 🙂
    Le « nymphéas noirs  » du même auteur m’avait bluffée 🙂

    J'aime

    • domicano dit :

      J’ai beaucoup aimé les Nymphéas noirs aussi, et avant « un avion sans elle »: chaque fois, Bussi est surprenant et ménage le suspense jusqu’au bout. Avec un centre d’intérêt et un lieu différent qu’il s’approprie complètement.

      J'aime

  3. josé dit :

    Je les ai tous lus. J’adore cet écrivain. Le seul qui soit différent Gravé dans le sable, son premier roman ou il précise qu’il ignorait tous les codes de l’écriture, il a été publié en 2014 et que je viens de terminer.
    Intéressant malgré tout.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s