Aujourd’hui, comme un fil d’Ariane – 186/366

Me vient l’image du labyrinthe évidemment et dans mes mains le livre de Irvin Yalom « Et Nietzsche a pleuré ». Le rapport entre les deux ? La plongée dans un monde obscur et  peuplé de monstres, complexe, tortueux où l’on peut se perdre. Ce livre raconte les premiers balbutiements de l’approche de l’inconscient par le Docteur Breuer et le jeune Freud. Les protagonistes en cherchent le fil d’Ariane, ce fil qui va leur assurer le retour à la raison ou à la guérison en ramenant à la lumière la source du mal être du patient. Ariane ne tient qu’un des bouts, vigilante, l’explorateur reste seul face à ses monstres.(107)

P1060113

Chaque être a son propre labyrinthe
Publicités

A propos domicano

L'écriture, la littérature, la photo, le dessin et l'expression artistique sous toutes ses formes me passionnent. J'aime le rêve et la réalité dans la beauté, la poésie et le potentiel d'émerveillement qu'ils peuvent offrir.
Cet article, publié dans 366 réels à prise rapide, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Aujourd’hui, comme un fil d’Ariane – 186/366

  1. 'vy dit :

    Le labyrinthe m’est très cher…. De Yalom, je connais son livre sur Spinoza, tu me donnes envie de lire Et Nietzsche à pleuré. Un autre livre que j’ai adoré, c’est L’enfant bleu, d’Henry Bauchau, l’histoire d’un jeune garçon très perturbé par les monstres qui le hantent et dont la psychanalyste découvre le potentiel artistique. C’est une histoire vraie que l’auteur, psychanalyste, lui-même a vécu, l’enfant est devenu grand (et ami de son ancien psy), et ses tableaux sont exposés. (mais tu connais certainement, non ?)

    Aimé par 2 people

  2. emilieberd dit :

    Ne surtout pas perdre le fil!
    Bises

    J'aime

  3. Sur le thème du labyrinthe, ma sélection serait labyrinthe de José luis Borges, un recueil de nouvelles, prodigieux et El labryinthe del fauno, un film de Guillermo del toro, pas loin du chef d’œuvre.

    J'aime

  4. Caroline D dit :

    Beaux tes mots, et belle cette peau d’arbre…
    Oui, nos labyrinthes… une bonne chose qu’ils soient tous différents quand même, sinon on serait tenté de demander l’entière solution à quelqu’un… et la vie en deviendrait peut-être un peu moins excitante…

    Aimé par 2 people

    • domicano dit :

      Il ya a tant de chemins pour se connaitre, des chemins qui croisent ceux d’autres êtres, et ainsi, on chemine plus aisément quand l’amour est partagé, puis d’autres plus ardus mais tout aussi révélateurs.

      J'aime

  5. Valentyne dit :

    Côté labyrinthe et littérature, je conseille « le palais des rêves »
    D’ismail Kadaré 🙂
    Bon dimanche Dominique:-)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s