« Cabot-Caboche » de Daniel Pennac

Voilà un livre qui se cachait dans la bibliothèque depuis vingt ans. Écrit par Daniel Pennac pour les grands enfants, les plus de dix ans, presque l’âge de ma fille à l’époque. J’ai aimé la couverture, l’éditeur aussi (Nathan), j’aime les chiens et je venais de lire les histoires de la tribu Malaussène du même auteur. J’ais commencé à le lire, je ne l’ai repris que récemment et je viens de finir de le lire. Il ne fallait pas, Monsieur Pennac, écrire « Comme un roman », donner le droit au lecteur de prendre un livre, de le lire jusqu’au bout ou de l’abandonner si ça lui chante. J’ai suivi vos conseils depuis : j’ouvre, j’entrevois, je me plonge dans l’histoire ou bien je n’y mets que les pieds et en sors illico.

jpg_cabot_caboche-8cf9eDans Cabot-Caboche, cette fois-ci, j’ai suivi « Le Chien » à la trace. Il est sensible ce clebs, il est intelligent ce bâtard, et il fait des rencontres surprenantes, parfois drôles, parfois amicales, mais aussi dramatiques. Pas facile la vie d’un chien des rues qui ne devait pas vivre. Pas beau, petit et inintéressant. Mauvais passeport. De ces tribulations, il arrive à tirer le meilleur (voilà aussi un chien un brin philosophe, mais cette philosophie frise un amour de la vie à toute épreuve, une propension aussi à aimer les autres même si au départ il se montre un peu craintif).

Pennac connaît les chiens, il sait interpréter leurs signaux, leur langage. Il arrive à nous emporter dans cette aventure cynophile avec humour, tendresse et émotions. Je me mets à la place d’un jeune adolescent qui lirait ce livre : il trouverait, à l’instar du renard de St Éxupéry, qu’il est important d’apprivoiser l’autre, de créer des liens notamment avec son ami le chien. Respect de la dignité de l’animal et respect de sa dignité d’humain. Pas de dressage par la force, pas de soumission à tout prix de l’animal, pas non plus de niaiseries infantiles ou d’admiration narcissique de la part de l’humain, mais une complicité à découvrir et à vivre avec lui.

Publicités

A propos domicano

L'écriture, la littérature, la photo, le dessin et l'expression artistique sous toutes ses formes me passionnent. J'aime le rêve et la réalité dans la beauté, la poésie et le potentiel d'émerveillement qu'ils peuvent offrir.
Cet article, publié dans Lectures et infos, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour « Cabot-Caboche » de Daniel Pennac

  1. 'vy dit :

    Que oui, j’ai aimé lire Pennac et sa tribu Malaussène. Quant à Comme un roman, il m’a tout simplement donné la clé pour donner le goût de la lecture à mon fils.

    Aimé par 1 personne

    • domicano dit :

      Ce livre a aidé plus d’un(e) à déculpabiliser devant un livre impossible à lire. L’éternité n’est pas de trop de François Cheng est resté 3 ans à côté du lit pour qu’un jour l’envie de le lire vienne et ce fut un moment extraordinaire de lecture, le bon moment.

      J'aime

  2. Marcorèle dit :

    Une chronique qui ne manque pas de chien… 😉

    J'aime

  3. Un auteur profondément généreux. En anglais, il y a les « feel good movies », les films dont on ressort le sourire aux lèvres. Les romans de Pennac pourrait être considérés comme des « feel good books »

    J'aime

  4. Caroline D dit :

    Belle chronique, Dominique… sentie et limpide… on en lirait d’autres…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s