Fragment d’aujourd’hui dont Hitchcock aurait fait un film – 52/366

Je marche dans ce quartier que je ne connais pas. Personne. Pas de mouvements perceptibles. L’air est en arrêt. Les façades repeintes arborent des claustras derrière lesquels d’invisibles présences suivent chacun de mes pas, je le sens bien. Le soleil de midi se montre impitoyable, des rémugles nauséabonds me cernent de tous côtés. Les mouettes naviguent à vue au dessus des blocs à poubelles où des mouvements furtifs aiguisent mon attention. Dans un silence de far west, le croassement des corbeaux fait écho aux railleries des goélands argentés. Je me fais un drôle de film, c’est sur. Faut que j’arrête le cinéma ! (102)

quartier façades

Publicités

A propos domicano

L'écriture, la littérature, la photo, le dessin et l'expression artistique sous toutes ses formes me passionnent. J'aime le rêve et la réalité dans la beauté, la poésie et le potentiel d'émerveillement qu'ils peuvent offrir.
Cet article, publié dans 366 réels à prise rapide, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s