Arno Stern : « Le jeu de peindre »

Arno Stern a publié en 2011 chez Acte Sud un livre « Le jeu de peindre » où il retrace tout son cheminement depuis la fin de la deuxième guerre mondiale jusqu’à nos jours dans l’accompagnement des enfants dans l’expression à travers la peinture. Démarche innovante et donc particulière où la liberté d’expression de l’enfant prime sur les performances artistiques ou reproductrices de la réalité. Pas d’enjeu de création du beau, de l’artistique, pas d’enseignement académique. On est dans l’expression pure, spontanée, évolutive d’une mémoire organique, enfouie en chaque être.

6684082aef7f110e850215c20bfd5ed6Dans un livre précédent trouvé chez un groupe du Net revendeur de livres épuisés, « L’expression » (1973 chez Delachaux et Niestlé SA), Arno Stern pose les bases de ses observations : «  Celui qui s’exprime ne pense pas, il substitue à la dictée de l’intellect, l’obéissance du geste aux vibrations de son organisme. Il a « déconnecté » sa main du « circuit intellectuel » et l’a branchée directement sur les impulsions de son corps. Ce qu’il trace lui est dicté par ses sensations. Les signes qu’il dépose sur sa feuille composent un langage différent de l’art, différent même des tableaux ‘modernes’ qui sont, plus ou moins volontairement, des recherches esthétiques, en tout cas des trouvailles résultant de préoccupations esthétiques.

Affranchi de l’hypothèse de la communication, l’acte d’expression satisfait un besoin qui est le contraire de l’appel de l’autre. »

Arno Stern a créé à Paris le « Closlieu » où enfants et adultes peuvent s’exprimer en toute liberté sans chercher à plaire, sans chercher à faire de l’art, en écoutant ses seules impulsions. Il s’avère que les éléments qui composent ces dessins reflètent une évolution dans le temps de la mémoire organique de l’enfant. Peu à peu, des formes vont voir le jour sur la feuille, et ce vocabulaire est universel.

image10mexiqueQue l’enfant vive au fin fond de l’Amazonie ou dans un village d’Afrique, en Asie ou en Europe, il témoigne de la même « Formulation » : par ce terme est désignée une manifestation qui puise dans le fond de la personne, hors de tout apport extérieur, et qui n’appelle aucun récepteur. Au contraire de l’art, la Formulation n’est pas un moyen de communication… Ce qui est manifesté dans la Formulation n’est pas occasionnel mais découle d’une nécessité permanente de l’être.

« Et l’enfant, sans devenir un artiste, conserve de cet entrainement l’habitude de l’initiative. Par cette concentration, qui s’appelle aussi l’effort créateur, il acquiert la capacité d’être fort dans la vie. Il est fort comme ceux qui réalisent, sans agressivité, sans compétition, ni référence à un modèle. »

Les photos sont empruntées au site de Arno Stern : http://www.arnostern.com/fr/

Publicités

A propos domicano

L'écriture, la littérature, la photo, le dessin et l'expression artistique sous toutes ses formes me passionnent. J'aime le rêve et la réalité dans la beauté, la poésie et le potentiel d'émerveillement qu'ils peuvent offrir.
Cet article, publié dans Lectures et infos, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s