L’écriture manuscrite ou l’écriture au clavier ?

J’ai assisté il y a deux jours à une conférence animée par Jean-Luc Velay, chercheur au CNRS à Marseille, qui, depuis une quinzaine d’années, étudie avec son équipe l’impact des nouvelles technologies sur l’apprentissage. Est-ce qu’elles changent le mode d’apprentissage, facilitent l’acquisition des savoirs, modifient le cerveau?

Pour aller à l’essentiel des hypothèses et expériences décrites pendant cette conférence, l’apprentissage de l’écriture et de la lecture, qui sont conjointes, est soutenu par le geste de la main. A été mis en évidence le rôle perceptif et cognitif de la motricité. Parce que je dessine une lettre sur du papier ou dans l’espace, je la mémorise mieux et plus longtemps que si j’appuie sur une touche du clavier de l’ordi. Idem pour reproduire un dessin.

Mieux-mémoriser-300x300Il appelle cela « la cognition incarnée » : on apprendrait par tout le corps, le mouvement allié à la vue, à l’attention, à l’écoute. Le cerveau comme élément du corps apprenant.

Une question se pose aussi, à laquelle je n’ai pas toutes les réponses : quand on est écrivain, écrit-on la même chose sur l’ordinateur ou avec un stylo tenu par la main ? Fait-on appel aux mêmes zones du cerveau ? Est-on connecté de la même façon à son imaginaire et à ses émotions ?

Par mon expérience, une chose est sure pour moi : je ne peux écrire de poésie directement sur ordinateur. Je n’ai pas toujours mon portable sous les doigts. L’inspiration, l’envie d’écrire se nourrit de ce que je vis dans l’instant, je peux être n’importe où. Un crayon, un petit carnet suffisent à poser les mots qui viennent.

L’écriture manuscrite est plus vagabonde. elle s’improvise, elle prend la pause (la pose?) qu’elle veut. Le corps est plus libre de ses mouvements, de ses torsions, de ses ajustements à son environnement que lorsqu’il se redresse, se cale les deux bras parallèles face au clavier et à l’écran de l’ordinateur.

De même, je ne peux corriger à l’écran la version en cours de mon roman, j’ai besoin de le faire sur un tirage papier. Jean-Luc Velay explique cela à propos de la lecture sur tablette ou liseuse: il y a intangibilité et immatérialité du texte électronique (les pages avant et après le texte affiché n’existent pas matériellement) et cette lecture génère une perception moins efficace de la chronologie du texte que ne le permettrait la lecture d’un livre papier.

Durant l’écriture d’un roman, je note la trame chronologique des faits sur des pages collées les unes aux autres au fil du déroulement des actions, formant bientôt un long accordéon où je peux embrasser d’un coup d’oeil les dates, les événements écrits de différentes couleurs, les flèches qui se croisent et lient certains passages. Cette vision globale et matérielle me permet de contrôler la cohérence de mon histoire, de me remémorer instantanément le contenu du récit si je l’ai interrompu depuis trop longtemps. Je fais la même chose avec les fiches personnages que je pose les unes à côté des autres.

Ma conclusion du jour : l’ordinateur : oui, mais pas l’ordonnateur.

S’adapter et tirer partie des nouvelles technologies qui facilitent énormément l’amélioration des textes : déplacement des blocs de textes, correction automatique (ok, pas toujours performante!), la diffusion et le partage (via un blog par exemple!), l’enregistrement des modifications, et tant d’autres outils.

Il me semble important de rester à l’écoute de nos impulsions, des images qui nous traversent, des mots qui sortent et ont envie de se poser, oiseaux libres de notre imaginaire qui, du stylo, font volontiers leur perchoir.

Publicités

A propos domicano

L'écriture, la littérature, la photo, le dessin et l'expression artistique sous toutes ses formes me passionnent. J'aime le rêve et la réalité dans la beauté, la poésie et le potentiel d'émerveillement qu'ils peuvent offrir.
Cet article, publié dans Réflexions sur l'écriture, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’écriture manuscrite ou l’écriture au clavier ?

  1. Jesuis moname dit :

    J’ai envie de créer un livre dans l’instantané. L’écriture invisible, celle des mots qui courent dans l’air.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s